Nouveau Promo! KING & COUNTRY - OFFICIER ALLEMAND 39/45 - AMIRAL KARL DONITZ Agrandir l'image

KING & COUNTRY - EO OFFICIER ALLEMAND 39/45 - AMIRAL KARL DONITZ

4419

Nouveau

KING & COUNTRY - EO OFFICIER ALLEMAND 39/45 - AMIRAL KARL DONITZ - SECONDE GUERRE MONDIALE - SOLDAT PLOMB  REF LAH096   Ht 68 mm    POIDS : 88.20 g

Plus de détails

1 Article

Attention : dernières pièces disponibles !

32,00 €

En savoir plus

KING & COUNTRY - EO OFFICIER ALLEMAND 39/45 - AMIRAL KARL DONITZ - SECONDE GUERRE MONDIALE - SOLDAT PLOMB  REF LAH096   Ht 68 mm    POIDS : 88.20 g      Karl Dönitz, né le 16 septembre 1891 à Berlin-Grünau, mort le 24 décembre 1980 à Aumühle, Schleswig-Holstein, est un Großadmiral allemand, qu'Adolf Hitler désigna par testament comme son successeur à la tête du Troisième Reich. Karl Dönitz est honoré du titre de grand-amiral dans l'Allemagne nazie, bien qu'il n'ait adhéré que tardivement au parti national-socialiste1. Il est le commandant en chef des sous-marins (Befehlshaber der Unterseeboote) de la Kriegsmarine pendant la première partie de la Seconde Guerre mondiale. Sous son commandement, la flotte des U-Boote participe à la bataille de l'Atlantique, en essayant notamment de priver le Royaume-Uni des approvisionnements indispensables venant des États-Unis et d'ailleurs. Début 1943, il succède au grand-amiral Raeder à la tête de la Kriegsmarine. Il devient enfin pendant vingt-trois jours président du Reich dans le gouvernement de Flensbourg, après le suicide d'Adolf Hitler et conformément au testament politique de ce dernier. Après la guerre, il est condamné lors du procès de Nuremberg pour crimes de guerre et est emprisonné dix ans pour sa participation à la guerre sous-marine illimitée menée par l'Allemagne. Commandant en chef, marine de guerre allemande, 1943 à 1945. Le 30 janvier 1943, Dönitz remplace Raeder comme Oberbefehlshaber der Kriegsmarine, commandant en chef de la Kriegsmarine, et à la tête de l'Oberkommando der Marine, le haut commandement de la marine allemande ; il est alors promu Großadmiral. Transformant la marine en bastion nazi, il est sensible au bien être des marins qu'il a sous ses ordres. En 1943, la guerre de l'Atlantique prit un tournant défavorable, les Allemands accumulant les pertes de sous-marins et d'équipagesc. Dönitz continuait cependant à pousser à la construction de U-Boote et à la poursuite des améliorations techniques. À la fin de la guerre, la flotte allemande de sous-marins était de loin la plus avancée du monde et les modèles Unterseeboot type XXI servirent de modèle pour les sous-marins soviétiques et américains d'après-guerre. Il tente ainsi de faire de la marine une armée animée par la volonté de vaincre les ennemis du Reich, ou, à défaut, de se battre jusqu'à la dernière extrémité. Il adhère formellement au parti nazi au début de 1944. Peu de temps avant l'attentat du 20 juillet 1944, ses pouvoirs sur la Marine sont encore renforcés, car il est responsable pour cette dernière de la mobilisation idéologique, à l'ordre du jour durant le début de l'été 1944 : il parvient ainsi à éviter que les compétences de Himmler dans ce domaine concernent la marine de guerre. Au cours de l'été 1944, puis lors de la fermeture de la poche de Courlande, il défend l'opportunité de maintenir une présence militaire du Reich dans les pays baltes pour des raisons économiques : à cette date, la poche non seulement joue un rôle dans la sécurisation des voies de communications maritimes au départ des pays riverains de la Baltique, vitaux pour l'économie du Reich (fer suédois, nickel finlandais, huile de schiste estonien), mais est aussi pensée comme une base d'entraînement pour des nouveaux sous-marins destinés à renverser le cours de la guerre. Ainsi, le ravitaillement des poches allemandes le long des côtes de la mer Baltique (en Courlande et dans le Reich, à partir de la mi-janvier 1945) constitue sa principale priorité : le 22 janvier, Hitler lui donne même son accord pour évacuer les civils par la mer uniquement si cela ne gène pas les unités combattantes ; de plus, au cours de cette rencontre, Hitler et lui s'accordent pour réserver les réserves de charbon en priorité aux opérations militaires. Nazi radical, partisan jusqu'au-boutiste de la guerre contre l'Union soviétique, admiré pour cela par Bormann (qui fait suivre ses rapports de situation aux Gauleiter), soutien fidèle de Hitler (malgré ses affirmations d'après-guerre), il joue un rôle dans la répression du complot du 20 juillet, en prononçant un discours de soutien au régime le soir du jour de l'attentat. Au cours des premiers mois de l'année 1945, il justifie sa volonté de poursuivre le conflit par un net antibolchevisme, fortement teinté de racisme anti-slave et par une anglophobie prononcée. Ce jusqu'au-boutisme s'exprime jusque dans les dernières semaines du conflit, dans le courant du mois d’avril 1945 : le 7 avril, dans un ordre du jour aux unités placées sous ses ordres, il rappelle la nécessité de la résistance à outrance, le 12 avril, il rejoint Hitler dans son obsession de la lutte contre l'ennemi bolchevique (il promeut à un poste d'autorité lors de son retour, un soldat prisonnier, coupable d'avoir assassiné des prisonniers communistes en Australie), et se place dans la perspective d'une lutte à outrance, seule solution contre le chaos qui menacerait le Reich15. Lors d'une des premières réunions avec des Gauleiter du Nord du Reich, le 25 avril, à la question de l'opportunité de déposer les armes, dans l'intérêt du peuple, il rappelle les prérogatives de Hitler dans ce domaine, tout en manifestant sa volonté de se conformer à ses ordres. Le 15 avril 1945, il reçoit délégation de pouvoirs de Hitler pour assumer la responsabilité de la défense allemande dans le Nord du Reich, si ce dernier venait à être coupé en deux, hypothèse plus que vraisemblable à cette date. Dans les derniers jours d'avril, replié à Plön, Dönitz prend de nombreuses dispositions pour permettre au Reich de continuer de se battre le plus longtemps possible18, voyant arriver à lui, dans les derniers jours précédant l'encerclement de Berlin, les services de l'OKW, et certains ministres du Reich. Ce point de ralliement devient l'un des centres de pouvoir au sein d'un Reich alors en pleine implosion, avec de multiples centres de pouvoirs ayant hérité de parcelles du pouvoir centralisé. Dans son testament final du 29 avril 1945, Hitler choisit Dönitz, fidèle soutien y compris dans la dernière semaine du conflit comme son successeur au poste de président du Reich et donc nouveau Führer, montrant à quel point il était devenu suspicieux à l'encontre de Göring et d'Himmler. Informé par Bormann le 30 avril en fin d'après-midi que Hitler l'avait désigné par testament pour lui succéder, avant de se suicider le lendemain (alors qu'il venait de lui adresser, dans la matinée, un message de soutien, Bormann lui confirme que le testament de Hitler entre en vigueur), Dönitz dirige alors un gouvernement provisoire connu sous le nom de gouvernement de Flensbourg, dirigé par Goebbels (jusqu'au 1er mai), puis par Schwerin von Krosigk (jusqu'au 23 mai). Président du Reich (du 1er au 23 mai 1945) En accord avec son serment de fidélité, il s'était opposé à toute sortie du conflit contre l'avis de Hitler ; une fois celui-ci disparu, il estime disposer de l'autorité pour en négocier une avec les puissances occidentales, comme en dispose sa proclamation du 1er mai. Cette politique l'incite à se rapprocher des alliés occidentaux pour tenter d'entrevoir les redditions que ces derniers pourraient accepter. Dönitz — seule solution de rechange aux yeux de Hitler après les trahisons et les démonstrations d'incapacité de Himmler et Göring, apprécié par le Führer, ayant fait preuve d'une fidélité à toute épreuve, même dans la défaite — est nommé président du Reich par le testament du 29 avril 1945. À peine nommé, il met en place son propre cabinet, constitué le 5 mai : dans ce dernier, certains responsables désignés par Hitler sont écartés, tandis que des SS de haut-rang, ainsi que Keitel et Jodl, marquent par leur présence la continuité avec le passé. Dönitz consacre son énergie à ce que les troupes allemandes se rendent aux Alliés occidentaux et non aux Soviétiques, avant tout pour que les prisonniers allemands soient traités selon les conventions internationales, et non massacrés ou déportés en Sibérie. Peut-être songe-t-il déjà donner à l'armée allemande une place importante dans le futur affrontement entre l'Occident et l'URSS qu'à l'instar de Hitler il espérait. Ainsi, le 2 mai, il définit sa politique : négocier la paix à l'Ouest et diriger tous les moyens disponibles vers l'est, pour permettre à un maximum d'Allemands de se trouver dans les zones contrôlées par les Alliés occidentaux. Le 23 mai 1945, Dönitz s'avançant en compagnie de soldats britanniques est en état d’arrestation ; il est suivi des ministres du gouvernement de Flensbourg, Jodl (en uniforme à gauche) et Speer (en tenue civile derrière Dönitz), qui viennent également d’être arrêtés. En accord avec ses projets de négociation de paix séparée, le 4 mai, il ordonne aux sous-marins, à la grande incrédulité de leurs équipages, de cesser la guerre sous-marine et de se constituer prisonniers des Alliés. Il est conforté dans ses vues par les redditions partielles de l'armée de Wenck, de celle de Buße, du groupe d'armées G et des troupes stationnées en Italie. Pendant les huit jours précédant la capitulation, Dönitz emploie la marine à évacuer le maximum de réfugiés allemands fuyant l'avancée de l'Armée rouge. Il fait aussi en sorte que le maximum de soldats soient ramenés vers le front occidental, afin qu'ils tombent entre les mains des Anglo-Américains plutôt que des Soviétiques : cette tactique permet de ne laisser à l'Armée rouge que le tiers du total des prisonniers allemands, alors que le front de l'Est mobilisait depuis 1941 la majorité des forces terrestres du Reich. Ainsi, ces atermoiements entre le 4 et le 7 mai sont en réalité motivés par sa volonté de négocier le passage derrière les lignes américaines du maximum d'unités et de soldats allemands : la date d'effet de la capitulation de Reims, le 9 mai à 0 h 1 (heure de Londres), est fixée après l'accord de Dönitz. Il tente alors d'organiser la retraite vers l'ouest des forces stationnées en Tchécoslovaquie, mais se heurte à la désorganisation des zones tenues par les Allemands en raison de l'insurrection de Prague et de la rapidité de l'avance soviétique en Bohême. Mais dans le même temps, Dönitz ordonne aux tribunaux militaires et aux commandos de la marine d'exécuter sommairement les jeunes soldats allemands qui osent déserter un combat sans espoir, dans le droit fil des pendaisons de civils défaillants pratiquées par les SS au cours des récentes batailles de rues de Vienne et Berlin. Le 5 mai, il fait capituler les armées de l'Ouest à Lüneburg devant les forces du général Montgomery. Mais allant à l'encontre de ses espoirs de paix séparée, les Alliés n'en continuent pas moins d'exiger une capitulation globale et inconditionnelle. À contre-cœur, Dönitz envoie le général Jodl signer celle-ci à Reims le 7 mai, acte confirmé le lendemain à Berlin par le chef du Haut commandement de la Wehrmacht, le Generalfeldmarschall Keitel. S'il finit par révoquer officiellement Himmler (qui s'efforçait de négocier une reddition en son nom propre) le 5 mai, il ne dissout ni les SS ni le NSDAP. Les portraits de Hitler restent accrochés aux murs du gouvernement de Flensburg jusqu'à sa dissolution le 23 mai, et le salut nazi reste en vigueur sauf dans l'armée, où il est abandonné dès le 3 mai, malgré les consignes de certains commandants, par exemple Lindemann, commandant les unités stationnées en Norvège24. Quelques jours après la capitulation, pour sauver l'existence du gouvernement de Flensburg, Dönitz publie un communiqué exprimant son horreur des camps de concentration, mais rejette les fautes du régime hitlérien sur les seuls SS, et exonère les forces militaires traditionnelles de toute complicité. En réalité, ces dernières s'étaient rendues également coupables de nombreux crimes tout au long de la guerre. Le 23 mai, Dönitz est finalement arrêté en même temps que ses ministres Alfred Jodl et Albert Speer. La dissolution de son gouvernement met un point final à l'existence du IIIe Reich. L'Allemagne est alors placée sous le régime de l'occupation militaire avec à sa tête un Conseil de contrôle allié qui assure l'administration du territoire.