Promo! IXO RENAULT 8 TAXI BAMAKO  1970   1/43  Agrandir l'image

IXO RENAULT 8 TAXI BAMAKO 1970 1/43

4300

Nouveau

IXO RENAULT 8 TAXI BAMAKO  1970   1/43     DIM : 92 mm   POIDS : 88 g   avec le socle

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

7,00 €

En savoir plus

IXO RENAULT 8 TAXI BAMAKO  1970   1/43     DIM : 92 mm   POIDS : 88 g   avec le socle       Les Renault 8 sont les dernières voitures du constructeur Renault avec un moteur placé à l'arrière, jusqu'à la Renault Twingo III de 2014. Les Renault 8 ont été produites en France à l'usine de Flins (Yvelines) et au Canada (Usine SOMA Société de Montage Automobile de Saint-Bruno de Montarville au Québec). Lancée en juin 1962, la Renault 8 est dessinée par Gaston Juchet et Philippe Charbonneaux. C'est l'une des premières voitures françaises avec quatre freins à disques. Le « moteur Sierra » (connu également sous le nom de « moteur Cléon-Fonte ») à cinq paliers est nouveau. Ce moteur élaboré par l'ingénieur René Vuaillat connaîtra une longue carrière puisqu'il sera encore utilisé sur les Twingo, Express, Clio et Super 5 dans les années 1990. Pour les modèles 1964, la planche de bord avec une boîte à gants est nouvelle et il existe une version mieux finie à moteur 1108 cm3 provenant de la Caravelle 1100 et à boîte de vitesses à quatre rapports dénommée R8 Major. Pour les modèles 1965, Renault commercialise la version sportive Gordini du nom du célèbre préparateur de moteurs. Elle est considérée comme la première "GTi". C'est effectivement la première compacte ayant des performances sportives pour un tarif de voiture de série. Pour les modèles 1968, le moteur de la Renault 8 passe de 956 cm3 à 1 108 cm3 tandis que l'appellation Major réapparaît. Le tableau de bord comporte des cadrans ronds. À partir d'août 1968, la Renault 8 S, qui est une version sportive moins chère que la Renault 8 Gordini, possède le moteur de 60 ch à carburateur double corps de la Caravelle 1100 S. La Renault 8 S s'équipe d'un compte-tours, de quatre phares et de jantes larges. La Renault 8 S est supprimée en 1971 à Flins, elle sera définitivement arrêtée en 1976. Elle a été fabriquée de 1968 à 1971 à Flins et de 1968 à 1976 par la filiale espagnole Fasa-Renault. Elle est sortie en peinture unie en jaune, blanc et rouge. Courant 1973, la Renault 8 n'est plus disponible en France. Pendant la dernière année, les Renault 8, qui possèdent désormais des freins arrière à tambours, sont fabriquées par Fasa-Renault laquelle continue la fabrication jusqu'en 1977. En mai 1973, les Renault 8 et 8 TS espagnoles sont modernisées : les feux avant passent sous le pare-chocs rehaussé, les quatre projecteurs sont en série et les feux arrière s'agrandissent. Le moteur 4-cylindres en ligne est placé longitudinalement en porte-à-faux à l'arrière. Les conséquences du moteur arrière sont : le manque de stabilité dans la tenue de route avec une sensibilité au vent latéral ; la direction légère et assez précise en ville ; le bruit mieux filtré (par la banquette arrière) et donc un niveau sonore moins élevé qu'avec le moteur à l'avant. La Renault 8 est équipée d'une suspension à quatre roues indépendantes et d'une nouvelle boîte à trois vitesses entièrement synchronisée ou à quatre vitesses avec 1re non synchronisée (elle le sera pour 1965). Pour 1963, une boîte de vitesses automatique électrique optionnelle Jaeger remplace l'embrayage par un coupleur à poudre magnétique. Le réservoir d'essence contient 38 litres. Très carrée, la R8 frôle néanmoins les 130 km/h. La R8 Gordini (type R1134) fait son apparition au Salon de Paris 19643, après des essais essentiellement menés par Jean Vinatier. Elle est la première voiture de sport abordable, à l'origine des petites voitures sportives (GTI, RS, sport, selon les marques). C'est effectivement la première compacte ayant des performances sportives pour un tarif de voiture de série. La Renault 8 Gordini 1300 de 103 ch SAE, proposant des accélérations détonantes pour l'époque et atteignant 175 km/h, devance ainsi d'une douzaine d'années la sortie de ses premières concurrentes. La Renault 8 Gordini doit permettre à toute une clientèle d'enthousiastes et d'amateurs de conduite sportive de satisfaire leur passion pour le prix d'une voiture de grande série. Elle deviendra une icône dans le monde du sport automobile français grâce à son prix abordable et à son comportement sur-vireur (elle dérive de l'arrière) dû au moteur en porte-à-faux arrière qui facilite la conduite sportive. Elle se distingue par sa couleur bleu France 418, sa double bande blanche qui court sur toute la longueur de la voiture, ses gros projecteurs de diamètre 200 mm et ses quatre amortisseurs à l'arrière. À partir du bloc d'origine, Amédée Gordini a porté la cylindrée à 1 108 cm3 et la puissance à 77,5 ch DIN (95 chSAE) grâce à une culasse hémisphérique (soupapes en V et bougies centrales) et à deux carburateurs double corps horizontaux Solex. Ainsi, la vitesse de pointe atteint 170 km/h, ce qui fait de la Renault 8 Gordini l'une des voitures françaises les plus rapides de l'époque. La boîte de vitesses mécanique est à quatre rapports. En septembre 1966, apparaît la Renault 8 Gordini 1300 (175 km/h) dotée d'un moteur de 1 255 cm3 développant 88 ch DIN (103 ch SAE) et d'une boîte à cinq vitesses. La version 1300 (type R1135), qui est reconnaissable à ses quatre projecteurs et à ses ouïes de refroidissement de chaque côté derrière le pare-chocs avant, ajoute un volant à trois branches et un réservoir supplémentaire de 25 litres dans le coffre avant. En 1966, la revue Moteurs, avec le soutien de Renault et de Dunlop, crée une coupe spécifique, la Coupe Nationale Renault 8 Gordini, qui permettra aux possesseurs de R8 Gordini de s'affronter sur les rallyes et les courses de côte, puis à partir de 1967 sur les circuits où se feront remarquer de jeunes talents : Andruet, Cudini, Darniche, Jabouille, Jarier, Leclère, Malcher, Ragnotti et Thérier. Un mois seulement après la présentation de la Renault 8 Gordini, Jean Vinatier remporte à son volant le rallye du Tour de Corse 1964, puis Pierrot Orsini et Jean-François Piot récidivent respectivement en 1965 et 1966 devant les Alfa Romeo GTA et autres Porsche 911. En 1968, Jean-Pierre Nicolas, sur Renault 8 Gordini, s'impose au Rallye du Maroc (voir palmarès détaillé dans l'article Gordini). Entre 1966 et 1970, de nombreuses Renault 8 Gordini ont été engagées dans des courses d'endurance sur circuit. Notamment, les 9 Heures de Kyalami, les 24 Heures de Spa et les 6 Heures de Brno. Au total, 11 607 Renault 8 Gordini ont été produites dont 8 981 en version 1300. En mai 1970, la dernière Renault 8 Gordini est fabriquée. En 1970, la Renault 12 Gordini à traction avant la remplacera sans autant de succès. Dans le cœur des coureurs automobiles amateurs, ce sera la Simca 1000 Rallye qui reprendra le flambeau de la Gordini.